L'avifaune de Waterloo

Waterloo hébèrge encore aujourd'hui de belles espèces d'oiseaux nicheurs qui se concentrent principalement en trois zones : le site d'Argenteuil/Forêt de Soignes, le Bois des Bruyères et le champs de bataille de Waterloo. Le site d'Argenteuil héberge des oiseaux nicheurs tels que le tadorne de belon, le fuligule morillon, le grèbe castagneux, le pic mar et la bondrée apivore. Au Bois des Bruyères, on retrouve des espèces plus communes mais certes très intéressantes telles que la chouette hulotte, le pigeon colombin, la bergeronnette des ruisseaux, le pouillot fitis et la fauvette des jardins. Le champ de bataille de Waterloo héberge quant à lui une avifaune radicalement différente. Des espèces telles que le faucon crécerelle, la perdrix grise, la fauvette grisette, l'alouette des champs et le bruant jaune s'y reproduisent.

En dehors de ces trois zones, on retrouve aussi une certaine diversité d'espèces dans les jardins et parcs. Typiquement, l'épervier d'Europe, la mésange bleue, le moineau domestique, le bouvreuil pivoine et la grive musicienne. Il n'est pas étonnant non plus de retrouver des gallinules poule d'eau et des canards colverts sur des petits étangs.

Ci-dessous, vous sont présentées certaines espèces d'oiseaux que l'on retrouve à Waterloo. Pour répertorier davantage l'avifaune à Waterloo, n'hésitez pas à encoder vos observations sur le site observations.be.

Foulque macroule au Bois des Bruyères © Bertrand Vanderschueren 

sans titre-7.jpg

© Bertrand Vanderschueren 

L'épervier d'Europe

Waterloo héberge quelques couples d'épervier (au moins 2-3). Ce rapace est observé régulièrement dans les jardins où il chasse entre autres les oiseaux à la mangeoire. Très discret, il se reproduit dans les arbres au fond d'un jardin ou en forêt.

La mésange nonnette

La mésange nonnette est bien moins connue que ses cousines la mésange bleue et la mésange charbonnière, mais elle n'en est pas moins photogénique. 

En période de reproduction, des chanteurs se font entendre ici et là sur la commune (principalement sur le site d'Argenteuil et au Bois des Bruyères). C'est avant tout en hiver que cette espèce se fait remarquer à la mangeoire !

sans titre-6.jpg

© Bertrand Vanderschueren 

sans titre-20.jpg

© Bertrand Vanderschueren 

Le pinson des arbres

Le pinson des arbres est certainement l'un des oiseaux les plus communs. On le retrouve dans la majorité des jardins où il chante à la cime des arbres au printemps.

A l'autonme, sa migration est bien visible lorsqu'on lève les yeux au ciel un matin d'octobre. Certaines journées, ce sont des milliers de pinsons qui passent au-dessus de nos têtes.

Puis en hiver, il forme des bandes de plusieurs dizaines d'individus à la recherche de nourriture dans les champs.

La gallinule poule d'eau

La gallinule poule-d'eau se recontre sur de nombreux plans d'eau à Waterloo. Elle niche principalement au Bois des Bruyères, sur le site d'Argenteuil (certaines années même à la station d'épuration) et sur des plans d'eau privés. La population nicheuse devrait se situer entre 5 et 10 couples.

sans titre-9.jpg

© Bertrand Vanderschueren 

Nid d'Hirondelles rustiques au garage.jpg

© Marc Fasol

L'hirondelle rustique

L'hirondelle rustique est devenue bien rare à Waterloo. Avant 2010, elle nichait encore non loin du centre de Waterloo où 2 colonies étaient connues dans de anciennes fermes. 

Il ne reste aujourd'hui sans doute plus que deux colonies sur tout le territoire communal, situées toutes les deux au niveau de Fichermont

Le moineau friquet

Le moineau friquet est certainement l'une des espèces les plus menacées à Waterloo. D'une quinzaine de couples en 3 colonies en 2010, il ne subsiste plus qu'une seule colonie de 5 couples. 

Waseaux prend actuellement des mesures pour sauver cette unique colonie à Waterloo (nichoirs et végétation indigène).

Moineaux friquets adoptant un nichoir.jpg

© Marc Fasol

Moineau_domestique_mâle_devant_son_nid.jpg

© Marc Fasol

Le moineau domestique

Le moineau domestique est encore bien présent à Waterloo, principalement au Chenois. Cependant, ses effectifs baissent rapidement. Il s'agit ainsi d'une des espèces les plus visées par notre projet de réseau de Refuges Waseaux.

La bernache du Canada

La Bernache du Canada niche uniquement sur des étangs privés à Waterloo pour un total estimé à 4-5 couples nicheurs. 

Dès la fin de la reproduction, elle se rassemble en bandes de plusieurs dizaines d'individus. Elle est alors très facilement observable au Bois des Bruyères et dans les champs environnants. 

sans titre-20.jpg

© Bertrand Vanderschueren 

sans titre-15.jpg

© Bertrand Vanderschueren 

La pie bavarde

Waterloo est certainement une des communes wallonnes où l'on retrouve le plus de pies bavardes. Persécutée en campagne, elle retrouve une certaine tranquillitée dans les zones résidentielles arborées.

La mésange noire

La mésange noire peut, certaines années, être facilement observable à la mangeoire dans les jardins.

Au printemps, elle est très rare et niche uniquement en forêt dans les zones comprenants de nombreux conifères.

sans titre-4.jpg

© Bertrand Vanderschueren 

sans titre-18.jpg

© Bertrand Vanderschueren 

La foulque macroule

La foulque macroule est un oiseau d'eau bien présent à Waterloo. Environ 5-6 couples nichent chaque année au Bois des Bruyères et c'est un vrai plaisir de voir les poussins au printemps ! La population totale à Waterloo est estimée entre 15 et 20 couples.

Le rougegorge familier

Le rougegorge familier est relativement commun à Waterloo, particulièrement en forêt et dans les jardins arborés.

En hiver, de nombreux rougegorges venus du Nord de l'Europe viennent gonfler les effectifs locaux. C'est à ce moment là qu'il est le plus facilement observé (ou bien pendant le jardinage en été !).

sans titre-16.jpg

© Bertrand Vanderschueren 

sans titre-10.jpg

© Bertrand Vanderschueren 

La sittelle torchepot

La sittelle torchepot se reproduit exclusivement dans les zones arborées (Bois des Bruyères, certaines zones du Chenois, Faubourg Est, site d'Argenteuil, etc.). 

En hiver cependant, elle se laisse régulièrement observée à la mangeoire. Attention à ne pas la confondre avec une mésange !

La chouette hulotte

La chouette hulotte est bien établie à Waterloo. Sa population fluctue cependant en fonction des populations de petits rongeurs (mulots, souris, rats, etc.)

Ainsi, seul le site d'Argenteuil et la Forêt de Soignes accueille des nicheurs tous les ans. Mais certaines années, des couples s'installent au Chenois et dans le Bois des Bruyères lorsque la nourriture est abondante !

Chouette hulotte_12.05.13_9309_Ottignies_Bruno Marchal.jpg

© Bruno Marchal